Résolution – Li-Cam

Avant l’effondrement, il y avait la haine, l’égoïsme et la quête effrénée du profit. Les rivalités ont fait surgir des Intelligences Artificielles militaires capables d’attiser les discordes et de submerger le monde sous des avalanches de rumeurs et defake news. C’est durant ce cataclysme que Wen rédige Le Monde selon Wen, un blog prophétique, exutoire à ses angoisses, qui attire l’attention d’une équipe de chercheurs.

Personnalité complexe, socialement inadaptée quoique capable de modéliser les interactions humaines, Wen participe à la fondation d’une société, l’Adelphie, sur une île au large de Saint-Pierre-et-Miquelon. Avec, au cœur de cette harmonie, une IA nommée Sun dont la bienveillance rayonne sur les trois cents Adelphiens.

Passionnée de psychologie comportementale, Li-Cam imbrique handicaps relationnels et sympathie 2.0 dans un tandem original, à la source de cette utopie.

Livre

Novela
Post-Apo
Utopie

Représentation

Personnage principal femme autiste et aro (avec un rapport particulier au genre) en couple avec une autre femme

TW

Autrice

Autiste

Editions

La Volte
2019
160p

+

Avis de Eva

4/5

En ce qui me concerne, je ne suis pas sûre d’être convaincue politiquement par le livre : il met en scène une intelligence artificielle bénéfique mais j’avoue avoir du mal à envisager que puisse être utopique un système où tout est géré par un seul programme (même s’il est effectivement bénéfique et codé avec les meilleurs intensions, cela consiste toujours à déléguer tout le pouvoir à une seule entité et je ne crois pas que ce soit une bonne idée).

De plus, la bonté de l’IA est basée sur le fait qu’elle interragit avec les personnes sans prendre en considération leur genre, couleur de peau, orientation, etc… Or, autant je vois d’où cela vient (une envie très légitime de ne pas enfermer les gens dans des cases arbitraires qui n’ont a priori aucune raison d’être pertinentes), autant dans la pratique, je ne crois pas que fermer les yeux sur ces caractéristiques soit pertinent : certes, cela ne devrait pas compter, mais cela compte quand même, et le nier, c’est nier du même coup les éventuelles discriminations subies, et ça, c’est un problème.

Je pense possible d’écrire une utopie qui marche sur ce principe, mais il faudrait le placer plus loin dans le futur, avec des personnages qui n’ont pas connu notre monde d’aujourd’hui et les discriminations qui y ont cours.

En revanche, en terme de représentation : je me suis vraiment beaucoup reconnue dans le personnage de Wen (qui est autiste, ne comprend pas le genre et pourquoi elle devrait être rangée dans la catégorie « femme », ne cherche pas particulièrement la romance mais est quand même en couple avec une autre femme), et cela : c’était infiniment précieux.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :