Jour 23 – Lettre ouverte aux auteurices LGBT+ de demain

Je m’adresse à toi.
Oui, toi.
Toi dont le défaitisme t’empêche d’aller jusqu’au bout de tes projets d’écriture.
Toi qui n’a peut-être même pas eu le courage de poser le premier mot, par peur de ne pas être assez légitime, pas assez bon·ne.
Toi qui laisse dormir tes manuscrits dans ton tiroir par crainte de te faire mégenrer par des éditorices qui ne savent pas que le pronom iel est utilisé dans la vraie vie, par peur de sembler trop engagé·e, trop politique, trop intense.
Toi qui est sur le point de baisser les bras, après t’être battu·e trop longtemps sans grand succès. Toi qui a déjà connu le rejet et qui n’a pas le courage d’affronter l’indifférence une fois de plus, de t’entendre dire une enième fois que tu n’es, sans talent, rien d’autre qu’une caution diversité dans un catalogue quelconque.
Toi qui ne t’estime pas assez mature ou toi qui te demande à quoi ça rimerait de commencer à écrire seulement maintenant.
Toi qui a mille raisons de décourager.
Toi qui pourtant aurait tant de choses à raconter :

Va écrire !

Nous avons besoin de toi.

Nous avons besoin des histoires que tu es lea seul·e à pouvoir écrire.

Personne d’autre n’a ta vie.

Personne d’autre n’est toi.

Personne d’autre n’a ton expérience spécifique, ta sensibilité, ta vision du monde.

La littérature n’est pas riche parce qu’elle compte quelques génies du verbe qui esbaeutissent leur lectorat par une prose superbe et des intrigues aussi brillantes qu’universelles.

La littérature est riche parce qu’elle est faite de voix multiples et dissonantes. Elle est riche parce qu’il y a sur les étagères des librairies et bibliothèques de milliers de livres que tu trouveras nuls, mal écrits, inintéressants, franchement anecdotiques, pas ton style, pédants, vulgaires, abracadabrants, d’autres que tu trouveras même nocifs.

La peur d’écrire ce genre d’ouvrage n’arrête pas les mecs blancs cisgenre hétérosexuels dyadiques et valides.

Ne la laisse pas t’arrêter.

Écris.

Écris même si c’est nul. C’est comme ça que tout le monde commence : pas terrible et puis de mieux en mieux.

T’as le droit d’écrire un premier roman pas top et puis de faire mieux la prochaine fois.

Tu n’as pas à être extraordinaire pour avoir le droit d’exister. C’est vrai dans la vie et c’est vrai sur la scène littéraire.

Écris même si tu ne sais pas par quel bout commencer. Tu auras bien le temps de retravailler plus tard.

Écris même si tu penses qu’il est trop tôt ou trop tard. La vérité c’est qu’il n’y a pas de bon moment. Il n’y a que maintenant.

Écris même si tu as déjà échoué plusieurs fois. Tu peux le faire.

Écris même si ça parait vain. Tu n’as pas besoin d’être auteurice de best-seller invité·e sur tous les plateaux TV pour être écrivain·e. Tu n’as même pas besoin de trouver une maison d’édition. Pas besoin non plus d’avoir un lectorat fidèle.

Tu as le droit d’écrire pour une niche microscopique, pour LA personne qui va tomber un jour par hasard sur ton texte et qui va se sentir moins seule.

C’est cela, le sais-tu, notre histoire : apprendre bien qu’un peu tard qu’il y a des gens qui nous ressemblent.

Des gens qui partagent une même sensibilité, qui vont lire tes textes et les aimer.

Des gens qui connaissent les mêmes difficultés, qui se battrons à tes côtés pour les surmonter.

Fantastiqueer existe pour cela. Car nous connaissons cette douleur : celle de regarder devant et de ne voir aucun avenir. Nous savons le découragement qui en découle.

Nous savons que cela prendra le temps avant que les choses ne changent.

Mais nous savons aussi que nous sommes légions.

Notre salon a déjà créé suffisamment d’engagement pour être financé. C’est un début.

Nous existons pour mettre en avant ce que tu trouveras la force d’écrire.

On assure les arrières. On se bat pour toi et pour tous les autres comme toi, pour nous-même aussi. On se bat pour que les gens après nous n’aient plus à se battre.

Va donc écrire.

Texte par Eva D Serves

Tu n'es pas seul·e

Liste non exhaustive de romans d’imaginaire LGBT+ qui existent déjà

Liste francophone, parce que c’est beau de vouloir la réussite de nos collègues anglosaxons, mais c’est important de vouloir aussi réussir ici, dans notre langue

NB : la liste est non-exhausstive, et elle présente des livres avec une diversité de personnage par des auteurices qui ne sont pas forcément queer. Ce en raison de ma position du le ownvoice

Testament – 3 tomes – Jeanne A Debats

Urban fantasy : Je m’appelle Agnès Cleyre et je suis orpheline. De ma mère sorcière, j’ai hérité du don de voir les fantômes (voir la fiche)

Représentation : bissexualité

Rivage des intouchables – Francis Berthelot

Science fiction : Sur Erda-Rann, planète où la mer a sa volonté propre et, sous le nom de Loumka, fait figure d’inconscient collectif, il y a plusieurs façon d’être intouchable. (voir la fiche)

Représentation : Gay

L’archipel des Numinés – Charlotte Bousquet

Fantasy : Des bas-fonds les plus sordides aux éclats de la cour princière, la cité d’Arachnae se livre sans fards, gangrenée par l’horreur et les excès. (voir la fiche)

Représentation : Bissexualité

Sous la Colline – Sabrina Calvo

Fantastique : Le 9 février 2012, un incendie accidentel défigure le visage de l’Unité d’Habitation Le Corbusier à Marseille, utopie sociale devenue Mecque d’un idéal de design. (voir la fiche)

Représentation : Transidentité féminine

Le Chant des Cavalières – Jeanne Mariem Correze

Fantasy : Un royaume divisé, instable, des forces luttant pour le pouvoir. Un Ordre de femmes chevauchant des dragons. (voir la fiche)

Représentation : Couple de femmes

Enfants de Mars et de Venus – Lizzie Crowdagger

Polar fantastique : Lev est une lesbienne motarde. Aussi, lorsqu’elle rencontre la mécanicienne Alys, ce pourrait être le début d’une longue et belle histoire romantique sur fond de bruits de moteur. (voir la fiche)

Représentation : Lesbienne, Transidentité féminine

Alana et l’enfant vampire – Cordelia

Urban fantay, jeunesse : Alana en a marre.
Ses parents et sa sœur sont encore partis gérer des conflits vampiriques sans elle ! (voir la fiche)

Représentation : Non binarité (perso secondaire), Lesbienne (perso secondaire)

Source des tempêtes – Ceryan Dau

Fantasy : Les ténèbres ont un cœur de lumière.
Je l’ai su quand j’ai vu l’enfant dans la tempête. (voir la fiche)

Représentation : Non binarité

Boudicca – Jean-Laurent Del Socorro

Fantasy : Angleterre, an I. Après la Gaule, l’Empire romain entend se rendre maître de l’île de Bretagne. Pourtant la révolte gronde parmi les Celtes, avec à leur tête Boudicca, la chef du clan icène. (voir la fiche)

Représentation : Bissexualité

Un éclat de givre – Estelle Faye

Genre : Un siècle après l’Apocalypse. La Terre est un désert stérile, où seules quelques capitales ont survécu. Dont Paris. (voir la fiche)

Représentation : Bissexualité, polyamour, drag

La dernière geste – Morgane of Glencoe

Fantasy : Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux. (voir la fiche)

Représentation : Bissexualité, gay, lesbienne, non-binarité

Candombe Tango – Théodore Koshka

Fantastique : Amérique latine, milieu des années 70.
Dans les bidonvilles de Brezo, les morts ne trouvent plus le repos. Mercedes Muerte, la Mort en personne, est exaspérée et charge donc ses deux meilleurs agents d’enquêter sur terre (voir la fiche)

Représentation : Gay, Lesbienne, Bi/pansexualité, non-binarité, polyamour

Résolution – Licam

Science-fiction : Personnalité complexe, socialement inadaptée quoique capable de modéliser les interactions humaines, Wen participe à la fondation d’une société, l’Adelphie, sur une île au large de Saint-Pierre-et-Miquelon. (voir la fiche)

Représentation : Spectre aro/ace, couple de femmes, neuroatypie

Susto – Luvan

Science-fiction : Sur les rives déglacées de la mer de Ross, en Antarctique, le volcan Erebus couve la mythique métropole de Susto, fourmilière cosmopolite d’individus atypiques au creux de laquelle croît la révolte. (voir la fiche)

Représentation : Couple de femmes

Quitter les monts d’automne – Emilie Querbalec

Fantasy : Recueillie par sa grand-mère après la mort de ses parents, la jeune Kaori vit dans les monts d’Automne où elle se destine à être conteuse. (voir la fiche)

Les mondes miroir – Vincent Mondiot & Oasis Nadrama

Fantasy : Elsy et Elodianne ont grandi dans les rues crasseuses de Miricène, vaste cité à l’ombre des Arches, une architecture titanesque qui enjambe les pays et relie les métropoles. (voir la fiche)

Représentation : Lesbienne

Mais aussi… des maisons d’éditions spécialisées

  • Akata
  • Reine de coeur
  • Reinebeau
  • MxM
  • Mix edition
  • La collection Y des editions Voy’el
  • Yby edition

Et encore :

Rappel que pour soumettre des livres que nous n’aurions pas référencé faute de les connaitre/les avoir lu : il y a un formulaire pour nous soumettre des titres :

(NB : les livres sont ajouté pareil que la case soit cochée ou non. C’est vraiment votre choix)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :