Affiche 2021 – Entretien avec Valentin Cannarozzo

Quand il s’est agi de trouver un artiste pour créer l’affiche 2021 du festival, nous savions que nous voulions faire travailler un artiste queer local. Et c’est Camilo, le bénévole chargé des expositions depuis près de dix ans à La Station, qui a proposé le nom de Valentin.
Valentin avait déjà exposé au centre LGBTI+, prépare une prochaine exposition en binôme avec Margaux pour le mois de mars prochain, et est aussi une personne adorable avec laquelle il a été très agréable de travailler.
Vous pouvez le découvrir un peu plus avec cet entretien, et en allant sur ses comptes instagram.

Le savoir et l’imaginaire fleurissent en lisant, permettant alors à notre esprit de s’ouvrir.
[Valentin Cannarozzo]

Entretien

Bonjour Valentin, peux-tu te présenter brièvement ?

Bonjour, oui bien-sûr. Après un BTS en design graphique il y’a presque 5 ans, j’ai décidé de me jeter corps et âme dans ma passion pour l’Art. Depuis petit, la peinture et le dessin m’accompagnent et me permettent de m’exprimer plus justement. Grâce à ces pratiques, j’ai pu me comprendre et savoir où je voulais aller.

 

Qu’est-ce qui t’a plus dans le projet de FantastiQueer ?

Difficile pour moi de ne pas tomber sous le charme de ce projet. Faisant partie de la communauté lgbtqia+, pouvoir m’investir davantage sera toujours un réel plaisir.
Le savoir et l’imaginaire fleurissent en lisant, permettant alors à notre esprit de s’ouvrir.

 

Comment en es-tu venu au choix de la sirène pour illustrer le prochain festival ?

L’idée de la sirène est venue très rapidement. Après notre premier échange, j’ai noté l’interêt autour de la transidentité et/ou de la non binarité. Dans l’univers fantastique, plusieurs créatures troublent les dogmes de genres ou de sexualité mais la sirène est un symbole, une icône de la représentation queer.

 

Peux-tu nous parler un peu de ta façon de travailler ? Des techniques que tu utilises ?

Ma façon de travailler est en constante évolution. Je suis très organisé (afin de garder un fil conducteur, une cohérence) mais je produis « instinctivement ». Je parle d’instinct justement pour les techniques. Qu’il s’agisse de peinture, de couture, de dessin, de collage, de gravure etc. Le choix découle toujours de la question: « Comment illustrer au mieux ce message ? »
J’apprends quotidiennement et c’est le plus beau des cadeaux.

 

Tu as lancé le projet Exister avec Margaux sur instagram. Peux-tu nous en dire un peu plus ?

OUI, je suis sincèrement heureux de répondre à cette question !
Margaux et moi c’est un coup de foudre. Aussi lumineux et brutal qu’un éclair.
Nous étions modèles pour un évènement queer (« Kinky Corner » par La Nouvelle à Strasbourg) et c’est pendant cette période (fin 2019 début 2020) que Exister est né. Ce projet est viscéral, il est NOUS, il est le reflet de nos combats et de nos valeurs. Exister a pour objectif la visibilité et l’expressivité de la communauté lgbtqia+. Si la situation nous le permet, nous exposerons à la Station lgbti+ à Strasbourg en mars prochain. Nous sommes en pleine gestation en ce moment, les photos sont retouchées, les productions plastiques prennent de l’ampleur et les témoignages continuent d’arriver. Par la suite nous aimerions mettre en lumière d’autres luttes, mais nous en reparlerons plus tard ! Aha

Sites

Valentin Cannarozzo

 

Instagram

ExiSter

« Assimiler pour transgresser »

Instagram

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :