Viendra le temps du feu – Wendy Delorme

« Elles étaient toutes brisées et pourtant incassables. Elles existaient ensemble comme un tout solidaire, un orchestre puissant, les organes noués en ordre aléatoire, un grand corps frémissant. Et j’étais l’une d’entre elles. »
Une société totalitaire aux frontières closes, bordée par un fleuve. Sur l’autre rive subsistent les vestiges d’une communauté de résistantes inspirée des Guérillères de Monique Wittig. Dans la capitale du territoire fermé, divers personnages se racontent, leurs aspirations, leurs souvenirs, comment survivre, se cacher et se faufiler dans un monde où les livres sont interdits.
Une dystopie où se reflètent les crises que nous traversons aujourd’hui. Un roman choral poétique et incandescent, où l’on parle d’émancipation des corps, d’esprit de révolte et de sororité. Un hommage à la littérature et à son potentiel émancipateur et subversif.

Livre

Roman, Science-fiction, Anticipation, Dystopie

Représentation
  • Personnages lesbiens
  • Personnages gays
  • Personnage secondaire trans
TW
  • Meurtres
Auteurice

Wendy Delorme est une femme de lettres, performeuse*, militante LGBT, enseignante-chercheuse en sciences de l’information et de la communication et traductrice française.

Editions

Cambourakis
3 mars 2021
272 pages

Poche
2 mars 2022
Cambourakis – Collection Sorcières
320 pages

+

Coup de cœur de Pauline

Avis de Pauline

5/5

Il y a eu une communauté de sœurs vivaient en autonomie de l’autre côté du fleuve. Ensemble, elles ont créé leur utopie, elles ont pris soin les unes des autres, s’aimant et se protégeant. Mais elles ne sont plus.
Dans l’étau étouffant d’une société totalitaire où la contribution (à comprendre : enfanter) est un devoir, où le passé est tabou, les livres interdits et où la mise en paire (à comprendre : le mariage hétéro) est obligatoire, la marge de liberté est bien restreinte et extrêmement dangereuse. C’est pourtant au cœur du système que les liens vont pouvoir se resserrer pour détruire la machine qui broie les corps.

Viendra le temps du feu est un roman coup de cœur qui m’a secoué par sa justesse et sa beauté. Les voix diverses de ce récit choral sont autant de portes d’entrée sur ce futur dystopique. Un futur vraisemblable qui reflète avec angoisse toutes les crises que nous sommes en train de traverser. C’est aussi un récit sur l’amour de l’écriture, écrire pour raconter, se souvenir, se définir, se soigner, ou imaginer : Écrire et lire comme acte de rébellion (avec plein de références littéraires plaisantes). Enfin, ce roman est une ode à l’adelphité : frères et sœurs enfin retrouvés pour faire renaître dans les cendres un demain meilleur.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :