La cité de l’orque – Sam J Miller

22ème siècle.
Les bouleversements climatiques ont englouti une bonne partie des zones côtières. New York est tombé ; les États-Unis ont suivi. Au large de pays plongés dans le chaos, de nombreuses cités flottantes ont vu le jour. Régies par des actionnaires, elles abritent des millions de réfugiés.
C’est sur Qaanaaq, l’une de ces immenses plateformes surpeuplées, qu’arrive un jour, par bateau, une étrange guerrière inuit. Elle est accompagnée d’un ours polaire et suivie, en mer, par une orque. Qui est-elle ? Est-elle venue ici pour se venger ? Sauver un être qui lui serait cher ?

SAM J. MILLER est une étoile montante de la littérature américaine. Son premier roman The art of starving, publié en jeunesse, a impressionné une presse unanime. Sa Cité de l’orque rappelle par son ambition et la puissance de ses visions futures le Blade Runner de Ridley Scott.

Titre original : Blackfish City, 2018
Traducteurice : Anne-Sylvie Homassel

Livre

Roman
Science-fiction

Représentation

Personnage principal non-binaire (en couple avec un homme)

Couple de femme

Personnage principal aro ?

Métaphore du SIDA (les failles)

TW

Traduction honteuse (« ils » pour traduire le pronom neutre anglais they, « tapette » pour traduire queen…)

Auteurice

LGBT+

Editions

Albin Michel
2019
400p

+

Avis de Eva

4/5

Il y a dans ce livre à la fois les germes d’une franche réussite (dans le portrait métaphorique qui est dressé du SIDA) et d’un fiasco total (dans la coloration malaisante donnée à la non-binarité par une traduction désolante).

Honnêtement, j’étais prévenue à l’avance que de l’état de la traduction, et je m’étais dis que je pourrais passer outre (apprécier l’histoire telle qu’elle a été pensée en VO), mais je n’ai pas réussi. En l’état, c’est juste trop mauvais (et y’a des problèmes de style aussi. Je pense que la VO utilise des tournures de phrases très soutenues, mais la traductrice n’arrive pas à le tenir sur la distance et cela rend les personnages très distants/maladroits dans leurs interactions).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :